Archives manquantes
  • Recherche

Séminaire "Archives manquantes ?"

Ce séminaire, conçu comme projet pluriannuel, interroge la question des archives absentes, délaissées, cachées ou invisibles et questionne l’archive comme institution afin de mettre au jour les mécanismes et stratégies qui sous-tendent sa « fabrique ».

  • Du 08 déc. 2023 au 14 juin. 2024

  • 14:00 - 16:30
  • Séminaire
  • Séminaire hybride : Maison de la Recherche, Nantes Université et École Normale Supérieure et visioconférence.

    Inscription obligatoire.

En histoire culturelle, et notamment en histoire des arts et de la littérature, le début du XXIe siècle a vu un regain d’intérêt pour une recherche appuyée sur des archives. Fonds personnels d’artistes, bibliothèques d'écrivaines et d’écrivains, archives des maisons d’édition et institutions de mise en valeur des œuvres, ce mouvement ouvre largement le spectre des archives potentiellement utilisables, en écho à une diversification des pratiques d’archivage. Ce phénomène d’expansion et de multiplication, a pour pendant l'« archival turn », largement fondé sur une « pulsion d’archive » (Hal Foster) : le goût pour le document et l’intégration d’archives matérielles à l’œuvre artistique ou littéraire. Les archives ne sont ainsi plus seulement des sources, mais deviennent sujets à part entière.
Toutefois, ce tournant archivistique et cette vénération emphatique de l’archive tendent parfois à ignorer ou occulter la manière dont les archives sont fabriquées. Pourtant, ni les fonds en eux-mêmes, ni le processus d’archivage, ni même les procédures de conservation ou de description de ces fonds ne sont neutres. Ils représentent un lieu d’autorité et de pouvoir dans la constitution du savoir et l’écriture de l’histoire littéraire, artistique et culturelle. Il est vrai qu’ils impliquent un choix, une sélection et par là même, une exclusion ou des exclusions. Ces pratiques obéissent implicitement à des logiques de canonisation, qui intègrent ou, au contraire, laissent de côté des pans entiers de la production littéraire et artistiques d’une l’époque. Les archives du « contemporain », ou des époques récentes, n’échappent pas à ce phénomène.

Ce séminaire aborde les questions suivantes :

  • Quels fonds d’archives ? sous quel statut juridique ?
  • Quelle est la volonté (scientifique, politique) qui a présidé à leur constitution ?
  • Quelles sont les pratiques de recueil, de conservation, d’exploitation et de mise en valeur qui en découlent ?
  • Quelle est la place des fonds littéraires ou artistiques dans des archives potentiellement pluridisciplinaires ? Comment les archives prennent-elles en compte (ou non) la pluridisciplinarité éventuelle des auteurs et autrices ?
  • Comment la théorie s’est-elle saisie de ces enjeux méthodologiques jusqu’à maintenant ou les a-t-elle au contraire ignorés ?

Séances

  • Séance n°1 - 8 décembre 2023 : Archives de la danse, animée par Agathe Mareuge
    Marie-Thérèse Mourey « Des archives immatérielles ? Le cas de la danse »
  • Séance n°2 - 2 février 2024 : Perspectives archivistiques, animée par Bénédicte Terrisse & Sergio Coto Rivel
    Bénédicte Grailles « Archives manquantes ou manque d’archives? Théories archivistiques post-modernes, gestes professionnels et logiques d’usage »
  • Séance n°3 - 22 mars 2024 :  Archives audiovisuelles, animée par Jean-François Laplénie
    Valérie Carré « La Révolution de 1918-1919 au prisme des bandes d’actualité »
  • Séance n°4 - 14 juin 2024 : Archives coloniales, animée par Katharina Jobst
    Nicole Haitzinger « Le registre de l’”exotique” dans les archives de danse de la modernité en France et dans l’espace germanophone. À propos de la pertinence d’une mise en perspective décoloniale »

Organisation

  • Jean-François Laplénie, maître de conférences et spécialiste de littérature germanophone, Sorbonne Université
  • Agathe Mareuge, maîtresse de conférences en études germaniques, Sorbonne Université
  • Bénédicte Terrisse, maîtresse de conférences en littérature germanique, Université de Nantes

Intervenantes et intervenants

  • Valérie Carré, professeure des universités en cinéma allemand, histoire culturelle des pays germanophones (XXe et XXIe siècles) et civilisation de l’Allemagne contemporaine, Sorbonne Université
  • Bénédicte Grailles, maîtresse de conférences en archivistique, Université d’Angers
  • Nicole Haitzinger, professeure des universités en histoire de l'art, de la musique et de la danse, Paris Lodron Universität Salzburg
  • Marie-Thérèse Mourey, professeure émérite de littérature et histoire culturelle des pays de langue allemande, Sorbonne Université

Partenaires de l'événement

Cet événement est organisé en collaboration avec l'Unité mixte de recherche Pays germaniques Transferts culturels et Archives Husserl de l'ENS PSL, la Bergische Universität Wuppertal et Initiative Genre Philomel de Sorbonne Université.

Lieux de l'événement

2 février 2024
Nantes Université, Faculté des Langues et Cultures Étrangères
Chemin de la Censive du Tertre 44300 Nantes

14 juin 2024
École Normale Supérieure, ECLA
45, rue d’Ulm 75005 Paris

8 décembre 2023
Maison de la Recherche, salle D513

22 mars 2024
Maison de la Recherche, salle S002

28, rue Serpente 75006 Paris

Géolocalisation

Sorbonne Université - Maison de la recherche

Sorbonne Université - Faculté des Lettres
Maison de la recherche
28 rue Serpente 75006 Paris
Localisation

48.8525, 2.34155

Représentations et identités. Espaces germanique, nordique et néerlandophone

L'unité de recherche Représentations et identités. Espaces germanique, nordique et néerlandophone (REIGENN) regroupe des chercheurs et des chercheuses spécialistes des aires culturelles germanophone, nordique et néerlandophone. Les principes généraux de son activité scientifique reposent sur l’étude des “représentations” et des “identités” dans les trois espaces culturels de référence, sans oublier les espaces multiculturels tels que l’Autriche ou les anciennes provinces orientales de l’espace germanophone, Silésie, Bohême ou Prusse orientale, ou encore les anciennes colonies.